ACCENTS Table Bourse

Quand on pousse la porte de Accents, encore même avant l’avoir complètement ouverte, l’on entrevoit une danse ce cygnes en papier. C’est un peu comme dans Narnia, où dehors c’est la guerre, et au delà de l’armoire… c’est tout un autre monde.

Le métro et son paysage claustrophobe, ces masses humaines se déplaçant comme de gros blocs de sardines effrayées dans les entrailles grises et nauséabondes de la capitale, ces gens qui fument et nous jettent leur nuages noirs à la figure, ces autres qui nous bousculent, la montre qui tourne, qui nous fait psalmodier “il est déjà si tard!” (merci Lapin Blanc d’Alice!) … tout cela s’arrête en franchissant cette porte vitrée. On laisse Paris derrière.

Des centaines de cygnes dansent dans un faible courant d’air.

L1070788.jpg

Une énergie de bienveillance se dégage dans toute la salle, qui va bien au delà de la couleur des murs, cette couleur mer “vs” montagne profonde qui nous oblige à nous décoller du gris béton que nous portons en nous. Elle provient des personnes qui y résident, du Chef Sugiyama et du Chef Mahi, de Romain Billard et leur merveilleuse équipe. Une magnifique carte des vins, pour une cave quasi au cœur de la salle.

L1070811.jpg

Peut être parce que “nous sommes ce que nous mangeons” … mais les lieux où l’on se régale avec des produits frais, leurs parfums et leur histoire… avec une ambiance “zénitude absolue” me poussent à chaque fois à des réflexions existentielles d’une certaine importance avec mes convives. Je ne sais pas pourquoi c’est toujours dans des lieux comme celui-ci où ma pensée part très loin, où je réalise dans quel style de vie absurde nous nous sommes emprisonnés, et je rêve de comment m’en sortir… les personnes généralement, une fois enraillées sur ce fil de pensée, me suivent, et le repas devient un moment de rêve, un peu comme quand on parle de catharsis au théâtre.

L1070794.jpg

Ce qui arrive à table est la vision du Chef. Une pensée, une intention, un message… le but est de le décrypter derrière leur savoir faire et à travers nos sens.

Je n’ai pas un goût hyper développé, au contraire. J’essaye donc de m’aider avec mon odorat. Et dans le menu que j’ai choisi, cela m’a permis d’être emportée bien loin. Le hareng et un parfum fumé m’a fait rebondir à mon enfance. En fermant les yeux, j’ai presque cru d’être rentrée à la maison, chez moi, à la mer. Paris n’était plus au delà de la porte, mais à des centaines de kilomètres. Et moi qui suis aussi italienne, j’ai senti à l’angle l’olive taggiasca m’attendre. Chez nous on l’appelle la “niçoise”. C’est fou que les français conservent appellation d’origine italienne de cette olive, ça fait plaisir à entendre, alors que nous adoptons de notre coté le mot français.

Hareng - pomme de terre - céleri - olives taggiasche

Hareng - pomme de terre - céleri - olives taggiasche

(NdA - Juste en regardant la photo ci-dessus je sens encore l’odeur :))

L1070796.jpg
Saint-Jacques - navet cabus - épinard - citron

Saint-Jacques - navet cabus - épinard - citron

J’ai continué sur un délire de mer (soyons nostalgiques jusqu’au bout) et mangé pour la première fois de ma vie des navets en les trouvant incroyablement bons. C’est dans ces moments aussi où l’on se dit à quel point nous sommes de mauvais cuisiniers chez nous : je suis une catastrophe pour cuisiner des légumes… donc je dis ‘j’aime pas les légumes"‘ … mais en fait je devrais dire plutôt : “je ne sais pas comment cuisiner des légumes” parce que ceux que je déguste dans des restaurants comme celui ci sont à en tomber par terre.

Les feuilles de légumes découpées en fines rondelles renforçaient encore plus ce retour dans le passé.

Crème sésame noir - philadelphia - émulsion mûre

Crème sésame noir - philadelphia - émulsion mûre

Et si il y a quelque chose à savoir lorsque l’on va chez ACCENTS c’est : TOUJOURS et je dis TOUJOURS réserver une place pour le dessert.

Dans chaque assiette l’on y retrouve une synergie de saveurs, où rien ne s’écrase au dépend de l’autre.

Cet équilibre on le retrouve dans les desserts également, où l’on a juste à se laisser guider dans l’inusuel … et c’est rafraîchissant, intense et délicat.

Figue rôtie - comme une ricotta - sorbet figue

Figue rôtie - comme une ricotta - sorbet figue

Gardez une place pour le café aussi, car c’est du VRAI café :)

L1070813.jpg

A’ la fin du repas l’on se sent ressourcés, heureux, inspirés. Cette équipe arrive à remettre de la couleur là où tout est devenu gris.

On ne peut pas passer ou vivre à Paris sans aller au moins une fois chez Accents !

Cheers!

Ps: (NdA) les photos sont de Greta et pas de Vincent … donc excusez-moi si elles ne sont pas au top je suis en train d’apprendre… et pour tout vous dire … de cet fait j’ai une excuse pour retourner vite manger chez Accents :)

Aux Prés

Aux Prés