Bouillon Pigalle

-“Euuuuh … tu fais quoi là?” Patrick regardait Suzanne la bouche bée alors qu‘elle buvait à la goutte sa pinte de bière.

-”Pas le temps de t’expliquer mon Patou, temps de filer ! y’a Bouillon Pigalle qui ouvre là, faut filer vite pour que on ait les bonnes places! Allez à la goutte ton Merlot là, allez!” elle se leva et alla payer. Patrick avait presque fini de boire, mais ne savait se presser, donc Suzanne lui arracha de ses mains le verre de rouge et le bu sans respirer.

-” T’es vraiment une Parisienne stressée toi!!!”

-” C’est la vie de Paris, soit tu cours, soit t’es mort!”

-” C’est toi qui le dit espèce de tarée!”

-”Moi aussi j’t”apprécie de ouf mon Patou!” elle lui passa le bras autour du cou “ Dit à Vince de se grouiller …c’est Bouillon Pigalle tu rentres que si tous tes potes sont déjà là!

Vince arriva en courant et en sueur en même temps que Suzanne et Patrick. Il reprit très mal son souffle et alluma une clope: “Un jour vous allez me tuer…” . Ils se mirent en queue et entrèrent parmi les premiers pour le service du soir. Le cadre était nouveau, contemporain, dans les tons des rouges, un bois chaleureux et tout le style du bistrot parisien.

Tous les trois dans le monde de la presse, ils avaient comme but de trouver, dans leur after-work, des coins sympas où dîner sans détruire leur salaire.

Illustration de ©Marie Morelle / Découvrez-la sur Insta @patatepouff :)

Illustration de ©Marie Morelle / Découvrez-la sur Insta @patatepouff :)

-”Alors le Patou” dit Vince “t’as trouvé le grand amour?”

-”Je sais pas encore…. Il y a des choses qui compliquent tout…”

-”Genre?”

-” Bah genre que elle ne parle que coréen. Quand elle essaye de me parler en anglais, j’me dit que peut être je la comprendrais mieux si elle continuait en coréen…”

-” Après j’ai envie de te dire… t’es pas forcément obligé de lui déballer ta vie!” Suzanne commanda une bouteille de rouge pour Patrick “ça te feras du bien!”

-”Nan mais t’es sérieuse l’alcolo ?! comment tu veux que je lui dise ce que je pense? ou ce que je ressens… ça se complique… elle me regarde, je la regarde, on se regarde comme des teubés… on n’arrive pas à échanger une conversation basique … je fini par coller sur son visage des idées ou des fantaisies de ma femme idéale et…”

-”… et peut être que en fait… “ le coupa Vince “ …c’est une conasse qui veut que un plan-cul et qui a pas envie de parler”

-” mmm” Patrick ne réussi pas à répondre et sa tête tomba sur la table “ c’est nul à chier… j’en ai marre des plans-culs”…

-” Déjà trouves-toi une meuf qui parle ta langue, ça sera plus facile” rigola Suzanne “ Aller… tu vas y arriver… si tu la trouves vraiment canon commence à prendre des cours de coréen!”

-”Et mais ça va pas! j’ai déjà du mal à parler français, t’es folle ou quoi?”

L1060560.jpg
L1060562.jpg

Ce qui les fit craquer, c’est que c’est que chez Bouillon Pigalle quasiment tout est préparé à la main, même les frites, qui ont ce petit gout de “mamie est à la maison est elle a fait des frites”. La carte est variées et les prix accessibles.

L1060561.jpg

Il se régalèrent à la vitesse parisienne et échangèrent sur les pourquoi est les comment de la recherche d’amour à Paris.

-” Paris c’est juste une ville où c’est quasiment impossible de trouver l’homme de sa vie” conclu Suzanne après un long raisonnement en regardant le bordeaux “ Tu croises un gars, et il te regardes… tu le regardes… puis il détourne son regard et tu sais que tu le verras plus jamais. Cette ville est immense et nous sommes beaucoup trop. Y’a trop de choix, c’est ça ma théorie” Vince, les yeux serrés, la fixait silencieusement en hochant la tête.

-”Donc tu dit que si le même gars tu l’avais croisé dans un tout petit village de 50 habitants, tu te serais arrêtée ou il se serait arrêté pour te parler” demanda Patrick

-”Mais tellement!” dit Suzanne

Vince était d’accord “Je soutiens ta théorie de Susie “combien de fois je vois une jolie fille et je ne m’arrête pas me disant que 1) l’approche serait hyper chelou dans une ambiance frénétique parisienne, comme le métro, et 2) de toute façon dans 100 mètres il y aura une autre jolie meuf qui me plaira plus… au final je n’aborde personne et je me retrouve à draguer la première nana que je trouve mignonne en soirée”

-”Idem” dit Suzanne

-” Bonjour le romantisme” s’exclama Patrick “et moi qui me plaignais de pas comprendre la fille pour laquelle j’ai eu un coup de foudre!”

L1060567.jpg

Ils comblèrent leur pensées sur l’amour tous les trois avec un gros chou chantilly avec coulis de chocolat chaud.

Dans ce délice à 4€, le chagrin se fit subitement plus doux. Heureusement qu’il y a les amis.

Le Pré Catelan

Le Pré Catelan

ACCENTS Table Bourse

ACCENTS Table Bourse